#

Dans les Communes

Actions socio-professionnelles et projets personnels :

Les dispositifs communaux sont nés du même projet politique issu de la problématique de la qualification des jeunes. Le constat de départ était qu’il y avait trop de jeunes à l’aide sociale ne trouvant pas de débouchés. Les signaux d’alerte transmis par des professionnels de terrain, notamment les TSHM de la FASe dans les communes, sur la question des jeunes en rupture.

Ils entretiennent une collaboration étroite, dans un esprit de complémentarité, avec les services de l’Etat (GSI, OFPC, OCE), les institutions cantonales (la FASe, l’HG avec Point Jeunes et les centres d’action sociale) ainsi qu’avec les associations pour la remise à niveau scolaire, l’UOG, etc.

Chaque année, plusieurs centaines de jeunes sont accueillis, conseillés et orientés dans ces structures de proximité. Autant de jeunes hommes que de jeunes femmes ont recours à ces services

La mission principale est de soutenir les jeunes de 16 à 25 ans (quelquefois plus âgés) des communes respectives dans l’élaboration et la réalisation de leur projet professionnel. Les interventions visent aussi à une mise en relation avec les entreprises locales. C’est un travail de réseau, de prospection, de valorisation, dans l’intérêt des jeunes, pour les confronter à la vie professionnelle à travers des stages de courte puis de longue durée.

Les conseilleurs en insertion procurent un accompagnement individualisé et personnalisé. Ils disposent de prestations spécifiques : petits jobs et stages dans les services communaux ou intercommunaux, cours de remise à niveau et préparation à la formation par des étudiants ou enseignants à la retraite cours individuels ou collectifs).

L’aspect le plus primordial et important est la mise en situation de travail avec rémunération : « on met les jeunes en activité de façon rapide et concrète, en mettant l’accent sur l’estime de soi-même. Cette mesure les responsabilise rapidement et contribue aussi à la restauration de la confiance qu’ils peuvent avoir en eux. ». Cela passe aussi par des stages, directement en lien avec leur projet professionnel. L’idée est de les préparer aux exigences du monde du travail et de les amener vers un cursus de formation, à aller vers un projet réaliste et réalisable. Les jeunes sont suivis au niveau des entreprises, on propose un suivi, un bilan au terme du stage. Ainsi les jeunes sont accompagnés dans leur démarche et l’entreprise également. « On peut aussi opérer, en termes de présélection pour des employeurs, sur certains projets. Par exemple, les opérations éco-sociales avec les Services industriels de Genève : on propose des « Jeunes Ambassadeurs » qui répondent aux exigences des SIG, pour leur programme Eco21. »

Le travail de réseau est un travail de coordination dans l’intérêt du bénéficiaire, avec toute personne et toute institution qui aurait du sens pour le projet du jeune concerné. « On fait un travail de sens avec les structures ou s’il y a un relai à faire on s’adresse à la bonne institution et on travaille avec elle dans l’intérêt du jeune ».

Pour en savoir plus : Cliquez sur les dispositifs communaux :