#

Décroche pas !

Comment comprendre le « décrochage » comme un processus dynamique interactif, une enjeu de société majeur et une source de souffrance  ?

Découvrez les recherches menées par Stéphanie Adler et Élodie Richle dans le cadre de leur travail de Bachelor à la Haute École de Travail Social.

TB_Décroche Pas_SAdler-ERichle_Juin 2014

Le décrochage scolaire» ou de formation est un sujet qui est au cœur de notre actualité sociale et politique. Cette problématique a mobilise, ces dernières années a Genève, beaucoup d’efforts tant de la part des politiques que des professionnels. L’offre de dispositifs s’est considérablement densifiée et diversifiée, et ii n’est pas toujours facile tant pour les professionnels que pour  les jeunes  et leurs parents de s’y retrouver. Nous sommes actuellement dans une période charnière de cette  évolution avec !’inscription dans la Constitution genevoise de la formation obligatoire jusqu’a 18 ans. Un des objectifs de ce changement étant d’augmenter le nombre  de jeune  obtenant  une  certification de degré secondaire  2.

Face a ces attentes et cette forte mobilisation de la société, les auteures de la recherche ont voulu mieux comprendre les enjeux de la prise en charge du «décrochage». Car, s’il existe un vaste panel d’accompagnement, les jeunes en situation de «décrochage» continuent à interroger, et surtout à confronter les professionnels à leurs limites et à un sentiment d’impuissance.

Ce  travail  met  en  évidence  les  processus  complexes  qui  produisent  du  «décrochage»  et  montre comment les intervenants interagissent pour donner sens et cohérence aux politiques promues. Un élément central qui apparaît est la nécessité de mettre en place une coordination dans les actions menées, afin que la souffrance engendrée par ces processus ne soit pas occultée.